FORMES
POÉTIQUES
Tentative d’épuisement
LE CHAMPY, PLACE CENTRALE
NOISY-LE-GRAND (93)
MERCREDI 30 SEPTEMBRE 2015
CONTRAINTE
Ce texte collectif est inspiré de l’ouvrage Tentative d’épuisement d’un lieu parisien de Georges Perec, écrit en 1974 sur la place Saint-Sulpice. Les participants de l’atelier ont écrit in situ, de manière continue, tout ce qu’ils observaient sur la place du Champy à Noisy-le-Grand pendant 15 minutes. Ils ont ensuite opéré dans l’ensemble de cette « matière première » textuelle des prélèvements selon différentes modalités (thématiques, formelles, classements divers…) pour composer des poèmes.

Ce projet a fait l’objet d’un blog créé par les participants : http://epuisementchampy.blogspot.fr/

Extrait de Georges Perec, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, C. Bourgois, 1982 :
« Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice, par exemple : une mairie, un hôtel des finances, un commissariat de police, trois cafés dont un fait tabac, un cinéma, une église à laquelle ont travaillé Le Vau, Gittard, Oppenord, Servandoni et Chalgrin et qui est dédiée à un aumônier de Clotaire II qui fut évêque de Bourges de 624 à 644 et que l'on fête le 17 janvier, un éditeur, une entreprise de pompes funèbres, une agence de voyages, un arrêt d'autobus, un tailleur, un hôtel, une fontaine que décorent les statues des quatre grands orateurs chrétiens ( Bossuet , Fénelon , Fléchier et Massillon ) , un kiosque à journaux, un marchand d'objets de piété , un parking, un institut de beauté, et bien d'autres choses encore. Un grand nombre, sinon la plupart, de ces choses ont été décrites inventoriées, photographiées, racontées ou recensées. Mon propos dans les pages qui suivent a plutôt été de décrire le reste : ce que l'on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n'a pas d'importance : ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages. »